Wii: Madworld, le test

Publié le par play-game

L'univers de MadWorld fait de  noir et blanc, a besoin de couleur, et surtout d'un rouge sanguin. Objectivement vous allez faire couler beaucoup d'hémoglobine grâce à la tronçonneuse de votre bras droit. Héros du jeu télévisé: DeathWatch, où la seule règle est le plus fort survivra, Jack est prêt à tout pour remporter la partie, et même plus...

 

Eh oui, la console de Nintendo n'attire pas que des party-game ou jeux catalogués familiaux, déjà lancé par No More Heroes.  Travis fait figure d'enfant de cœur lorsqu'on le compare à Jack, le héros de MadWorld. Ce jeu s'impose en effet sans difficulté comme le titre le plus violent qui ait jamais vu le jour sur la console de Nintendo. Il vous plonge dans une ville ravagée par un virus mortel qu'une organisation a transformé en arène géante. Vous êtes donc l'un des participants d'un jeu télévisé morbide, coincé dans cette cité coupée du reste du monde. Vous pourrez tout de même compter sur la tronçonneuse rivée à votre bras droit pour vous hisser en haut du podium.

 

Le scénario de MadWorld est assez classique, tout en étant surprenant, je ne vous laisserez pas beaucoup d'infos, préférant vous laissez le découvrir par vous même, sachez juste que Jack a de multiple casquette et au final travail surtout pour lui-même afin de ramener le monde dans le droit chemin et surtout se venger... à mi-chemin entre ceux de Running Man et de New York 1997. A l'image de ces deux films de science-fiction mythiques, on peut apercevoir l'ébauche d'un message entre les gerbes de sang : le jeu n'y va pas de main morte pour critiquer les dérives de la téléréalité. Les flots d'hémoglobine représentent aussi un moyen bien commode d'apporter des touches d'humour pas toujours très distinguées : vous pourrez découvrir des façons délirantes de massacrer vos ennemis et les commentateurs du show télévisé ne se priveront pas de glisser quelques vannes particulièrement lourdes, et assez répétitif. Mais ces différents niveaux de lecture ne doivent pas nous faire oublier que MadWorld est avant tout un jeu qui marque par la violence de son action effrénée et qu'il ne faut pas le mettre entre toutes les mains. D'ailleurs cette brutalité se traduit aussi à l'image par un parti pris graphique proche de Sin City.

 

L'univers de MadWorld n'est pas entièrement en noir et blanc, le sang est lui bien rouge et quelques onomatopées jaunes viennent colorer votre écran de temps en temps. Il s'agit là d'un procédé qui a déjà fait ses preuves dans le monde des comics américains, avec notamment Sin City comme désigné ci-dessus déjà.. La recette est diablement efficace : le noir et blanc permet aux graphismes de jouer totalement du contraste pour proposer un style percutant tout en affichant une foule de détails, tandis que les touches de rouge viennent donner un peu de mordant à l'ensemble. . Au final MadWorld est une vraie réussite esthétique et c'est sans aucun doute l'un des plus beaux jeux jamais sorti sur Wii, puisqu'il n'est pas question de capacité graphique mais plutôt d'un desgin particulier, à croire que les jeux doivent dégager un surplus graphique pour attirer l'attention des gamers suivi, rappelez vous de No More heroes qui utiliser les pixels à la place du sang.


Le jeu en lui-même est constitué d'une succession de 14 niveaux répartis dans la ville qui tient lieu de champ de bataille pour le DeathWatch. Il s'agit toujours d'arènes closes et la progression répond à une règle toute simple: il faut accumuler un certain nombre de points pour accéder à l'environnement suivant. Pour être précis, chacun de vos coups ou de vos mises à mort vous rapporte un quota de points bien défini. Plus vous massacrez avec style, plus votre score augmente. Si vous vous contentez de tronçonner l'un de vos adversaires, vous marquerez moins de points que si vous lui aviez d'abord transpercé le crâne, ou enfoncez un tonneau sur lui avec un panneau de signalisation. A partir de là vous pouvez imaginer des combos réellement tordus pour récolter le jackpot puisque de nombreux objets sont à votre disposition pour martyriser vos ennemis.


A force d'emmagasiner des points, vous débloquerez petit à petit de nouvelles armes et vous finirez par avoir accès au boss du niveau. Ces adversaires particulièrement coriaces vous promettent des duels de toute beauté qu'il vous faudra généralement remporter à coup d'actions contextuelles mouvementées. En effet MadWorld n'est pas un titre qui laisse le joueur s'endormir, il faudra vous remuer pour sortir des attaques impressionnantes. En temps normal, lancer la Wiimote vers le haut se traduit par un uppercut, agiter le Nunchuk vous permet d'esquiver un coup et il faut agiter la Wiimote en maintenant B appuyé pour utiliser la tronçonneuse. Vous devrez aussi gigoter pour effectuer quelques mises à mort bien impressionnantes ou pour vaincre les boss lors des duels. Les commandes sont alors toujours affichées à l'écran. Au Final on peut dire que la prise en main de MadWorld est intuitif est simplissime.


L'aventure de MadWorld est extrêmement courte et il ne vous faudra pas plus de 6 ou 7 heures pour en voir le bout. C'est court mais rien ne vous empêche de revenir dans les environnements déjà visités afin d'exploser votre score précédent ou d'essayer une arme que vous venez de débloquer en terminant le jeu. En effet, vous pouvez recommancer l'aventure après l'avoir finit une première fois avec le Katana ou la double tronçonneuse. Il faut aussi savoir que la plupart des niveaux contiennent un mini-jeu particulièrement sanglant : il peut s'agir de balancer des ennemis sur une cible de fléchettes géante à l'aide d'une batte ou d'en envoyer le maximum se faire broyer dans un réacteur d'avion... Une fois que vous avez débloqué l'activité en question, vous pourrez défier un ami grâce au mode deux joueurs, qui rallongera peut-être de quelques heures le jeu, mais pas beaucoup plus, c'est sur...

Mes notes:

Graphismes: 18/20 (On aime ou on aime pas l'esprit, dans tous les cas, le jeu a un partis pris et nous on aime. Le contraste rouge / Noir et blanc rend bien à l'écran).

Jouabilité: 18/20 (Très bonne jouabilité, simple et intuitif comme souvent sur Wii, quelque petit problème de caméra dans des cas rares).

Durée de vie: 8/20 (6-7 heures à tout casser, le multijoueur n'apportant rien au jeu
).

Bande Son: 16/20 (Ambiance Rock et des commentaires qui n'hésite pas à lancer des vannes, néanmoins, il sont un peu répétitif...)

Scénario: 14/20 ( Le scénario est classique, mais réserve quelque surprise, j'en dit pas plus pour ne pas vous gâcher l'histoire).


Note Générale: 15

Publié dans Test

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 03/05/2009 11:49

Excellent ce jeu à part sa durée de vie ^^ Il en faudrait plus souvent des jeux innovants dans le même genre sur Wii...